Par un début d'après midi de vaccances , au mois d'Aout 2004,alors que les enfants font la sieste.

Notre Muscadet n'√©tant plus qu'un souvenir , je feuillette un journal d'annonces de bateaux . Mon attention est attir√©e par celle d'un chantier situ√© √† moins de 2km : "√† vendre voilier 8.5m, bois moul√© , travaux √† pr√©voir".

Par curiosité , je prétexte une petite ballade à vélo pour aller voir.

Ce qui me frappe en premier lieu , c'est l'harmonie de la carène , les formes bien balancées d'un plan déja ancien à quille rapportée.

A peine le temps de m'√©tonner de tonture invers√©e du pont, que je commence √† voir les probl√®mes : plastification partant en lambeaux , trou dans l'√©trave et dans la coque au niveau du coin tribord du tableau.

Nous retournons le voir en famille , osant même une petite visite sur le pont , le temps de jeter un oeil à l'intérieur pour découvrir du bois verni (enfin ce qu'il en reste ) à profusion , et pas mal d'eau dans les fonds. Toute cette eau de pluie est rentrée par les panneaux ouverts et en triste état.

Nous rencontrons un ouvrier du chantie rqui nous signale que l'armement du bateau est complet et qu'i y a sept voiles dont un spi.

Puis nous allons voir le patron qui nous dit textuellement que c'est une épave qu'il rève de s'en débarasser , qu'il va finir par la mettre à la casse et que le propriétaire n'a pas les moyens de faire faire les travaux.

 Je n'en suis pas à ma première restauration , mes deux premiers bateaux  étaient aussi à l'abandon.

En revanche , je n'ai jamais travaillé sur du bois moulé , mon premier bateau était une construction classique à bordés jointifs et second en contreplaqué.